BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE

BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE
BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE
  • LES BULLES BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE
  • LES BULLES BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE
BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE
BRUNO PAILLARD - CHAMPAGNE AOP - BRUT PREMIERE CUVEE
BRUNO PAILLARD -
EN STOCK
37.24TTC
49.65TTC /L
Conditionnement : 1x 0.75L
Actuellement en stock
Article neuf

Ressources

Fiche technique

Région : Champagne
Appellation : Champagne
Millésime : SM
Couleur : Blanc
Cépage(s) : 22 % de Pinot Meunier, 33 % de Chardonnay, 45 % de Pinot Noir
Degré : 12%
Contenant : 75cl

LA DÉGUSTATION :
Œil : belle robe or paille brillant, bulles fines
Nez : les 3 cépages sont marqués, arômes d’agrumes pour le Chardonnay, suivi par les fruits rouges pour le Pinot noir et lié par des notes de fruits plus suaves pour le Pinot Meunier
Bouche : attaque vive, belle minéralité, aux arômes d’agrumes puis de fruits rouges, belle longueur, finale nette

CONSEILS DE DÉGUSTATION :
Température à 9°C.
À consommer dès à présent.
À déguster en apéritif.

Cette cuvée est définie comme le « Porte-drapeau » de la maison Paillard. Seule la première presse est utilisée, c’est la plus pure.

Récompenses :
Joël Robuchon en parle : « Ce vin de Champagne, peu dosé en sucre, très équilibré, aux arômes subtils de noisette, est l’image d’un personnage exigeant, excellent connaisseur du terroir et des meilleurs crus. J’ai découvert des Vins d’une pureté remarquable et une Maison à taille humaine. Le Champagne à l’image d’un homme, nous avons lui et moi le même sens de la rigueur et de la perfection ».
Ainsi que Hugh Johnson, Gault &Millau 2008, Robert Parker, Bettane et Desseauve 2008.

En modifiant l'article 5(3) de la directive 2002/58/CE par l'adoption de la directive 2009/136/CE, le législateur européen a posé le principe : - d'un consentement préalable de l'utilisateur avant le stockage d'informations sur l'équipement d'un utilisateur ou l'accès à des informations déjà stockées. - sauf, si ces actions sont strictement nécessaires pour la délivrance d'un service de la société de l'information expressément demandé par l'abonné ou l'utilisateur. L'article 32-II de la loi du 6 janvier 1978, modifié par l'ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011 qui a transposé la directive 2009/136/CE reprend ce principe. En application de la loi informatique et libertés, les traceurs (cookies ou autres) nécessitant un recueil du consentement ne peuvent donc être déposés ou lus sur son terminal, tant que la personne n’a pas donné son consentement.OK