CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB

CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
  • BLANCS CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
  • BLANCS CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY -
EN STOCK
9.00TTC
12.00TTC /L
Conditionnement : 1x 0.75L
Actuellement en stock
Article neuf

Ressources

Fiche technique

Région : Vallée du Rhône
Appellation : IGP Pays d'Oc
Couleur : Blanc
Millésime : 2017
Cépage(s) : Roussanne, Grenache Blanc et Viognier
Degré : 12,5%
Contenant : 75cl
Vin AB

Anecdotes...
Ce blanc a été élevé en cuve ciment.

LA DÉGUSTATION :
Œil : robe jaune clair, avec une légère opulence
Nez : les arômes de fleurs blanches et de fruits à chair blanche dominent
Bouche : tout en fraicheur, la palette aromatique de ce vin explose entre les notes florales et de fruits (poire, fruits exotiques)

CONSEILS DE DÉGUSTATION :
Température entre 10°C et 12°C.
À consommer jusqu'en 2018.
À servir avec un carpaccio de Saint-Jacques, et son fenouil frais et croquant, sur une sauce citronnée.

Tout en fraicheur, dans le fruit, dans les notes florales, avec un bel équilibre, ce No Sex For Butterfly Blanc est juste un régal !

  • Boutique
  • VINS
  • BLANCS
  • CHATEAU DE VALCOMBE - NO SEX FOR BUTTERFLY - IGP PAYS D'OC - NO SEX FOR BUTTERFLY BLANC 2017 AB
En modifiant l'article 5(3) de la directive 2002/58/CE par l'adoption de la directive 2009/136/CE, le législateur européen a posé le principe : - d'un consentement préalable de l'utilisateur avant le stockage d'informations sur l'équipement d'un utilisateur ou l'accès à des informations déjà stockées. - sauf, si ces actions sont strictement nécessaires pour la délivrance d'un service de la société de l'information expressément demandé par l'abonné ou l'utilisateur. L'article 32-II de la loi du 6 janvier 1978, modifié par l'ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011 qui a transposé la directive 2009/136/CE reprend ce principe. En application de la loi informatique et libertés, les traceurs (cookies ou autres) nécessitant un recueil du consentement ne peuvent donc être déposés ou lus sur son terminal, tant que la personne n’a pas donné son consentement.OK