CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014

CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
  • ROUGES CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
  • ROUGES CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE -
EN STOCK
24.16TTC
32.21TTC /L
Conditionnement : 1x 0.75L
Actuellement en stock
Article neuf

Ressources

Fiche technique

Région : Bordeaux
Appellation : Margaux
Millésime : 2014
Couleur : Rouge
Cépage(s) : 60% Cabernet-Sauvignon, 40% Merlot
Degré : 13%
Contenant : 75cl

Anecdotes...
Ce Trianon Larigaudière 2014 provient de sols de graves argileuses, graves profondes et sableuses. Les sous-sols sont de graves, d’alios, d’argile et de calcaire.
Il y a eu une macération préfermentaire à froid, puis 15 à 30 jours en cuves béton et inox. Afin de favoriser l’émergence d’arômes, le processus de fermentation alcoolique est conduit sur la base de températures relativement peu élevées, (entre 28° et 32°).
Enfin, l'élevage s'est fait de 12 à 15 mois en barriques (25% de barriques neuves, 60% barriques 1 vin et 15% barriques 2 vins).

LA DÉGUSTATION :
Œil : jolie robe grenat aux reflets jeunes
Nez : arômes de fruits frais, aux notes boisées et vanillées typique du Margaux mais aussi des touches plus florales
Bouche : élégante, les tanins sont fins, suaves, légèrement épicée

CONSEILS DE DÉGUSTATION :
Température entre 16°C et 18°C (à carafer avant service).
À consommer jusqu'à 8 ans.
À déguster avec un Paris-Brest.

Ce Margaux est le Second vin du château Haut Breton Larigaudière est un vin très élégant et structuré.

  • Boutique
  • VINS
  • ROUGES
  • CHATEAU HAUT BRETON LARIGAUDIERE - MARGAUX AOP - TRIANON DE LARIGAUDIERE 2014
En modifiant l'article 5(3) de la directive 2002/58/CE par l'adoption de la directive 2009/136/CE, le législateur européen a posé le principe : - d'un consentement préalable de l'utilisateur avant le stockage d'informations sur l'équipement d'un utilisateur ou l'accès à des informations déjà stockées. - sauf, si ces actions sont strictement nécessaires pour la délivrance d'un service de la société de l'information expressément demandé par l'abonné ou l'utilisateur. L'article 32-II de la loi du 6 janvier 1978, modifié par l'ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011 qui a transposé la directive 2009/136/CE reprend ce principe. En application de la loi informatique et libertés, les traceurs (cookies ou autres) nécessitant un recueil du consentement ne peuvent donc être déposés ou lus sur son terminal, tant que la personne n’a pas donné son consentement.OK