PESQUIE - VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017

PESQUIE -  VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017
PESQUIE -  VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017
  • BLANCS PESQUIE -  VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017
  • BLANCS PESQUIE -  VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017
PESQUIE -  VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017
PESQUIE -  VIN DE FRANCE - CHARDONNAY 2017
PESQUIE -
EN STOCKNOUVEAU
6.76TTC
9.01TTC /L
Conditionnement : 1x 0.75L
Actuellement en stock
Article neuf

Ressources

Fiche technique

Région : Vallée du Rhône
Appellation : Vin de France
Millésime : 2017
Couleur : Blanc
Cépage(s) : 100% Chardonnay
Degré : 13%
Contenant : 75cl

Anecdotes...
Au début des années 1990, Paul Chaudière avait planté trois hectares de Chardonnay à Pesquié dans le Ventoux, afin de montrer le potentiel de fraîcheur de nos terroirs d’altitude. Alexandre et Frédéric Chaudière ont depuis perpétué cette tradition en sélectionnant des vignobles légèrement surélevés et sur des climats frais afin de créer un Chardonnay de fraîcheur, léger et minéral.
Cette cuvée provient de sols argilos-calcaires situé sur des coteaux à une altitude moyenne située entre 200 et 300 mètres.

LA DÉGUSTATION :
Œil : robe or clair, limpide et brillante
Nez : très aromatique de fleurs blanches (notamment d’aubépines) soutenu par une bonne minéralité
Bouche : bel équilibre et belle fraîcheur avec des arômes d’agrumes, de fleurs blanches et bonne minéralité

CONSEILS DE DÉGUSTATION :
Température entre 8°C et 10°C.
À consommer dans les deux premières années.
À déguster avec des fromages comme le Morbier, ou des chèvres secs, ou sur un dessert à base de fruits exotiques.

Ce 100% Chardonnay de chez Pesquié est tout en gourmandise et en fraicheur grâce à sa situation.

Récompenses :
Gault Millau 2013 : 14.5/20 “Une définition agréable et fraiche d’un cépage qui n’est pas coutumier de ces altitudes.” (Millésime 2012)

Avis sur ce produit

Notre avis

Dégustation du 12.02.2018 : une robe pâle, avec un nez de poire, de fruits à chair blanche, et une bouche délicieusement gourmande, plein de finesse, salivante.

En modifiant l'article 5(3) de la directive 2002/58/CE par l'adoption de la directive 2009/136/CE, le législateur européen a posé le principe : - d'un consentement préalable de l'utilisateur avant le stockage d'informations sur l'équipement d'un utilisateur ou l'accès à des informations déjà stockées. - sauf, si ces actions sont strictement nécessaires pour la délivrance d'un service de la société de l'information expressément demandé par l'abonné ou l'utilisateur. L'article 32-II de la loi du 6 janvier 1978, modifié par l'ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011 qui a transposé la directive 2009/136/CE reprend ce principe. En application de la loi informatique et libertés, les traceurs (cookies ou autres) nécessitant un recueil du consentement ne peuvent donc être déposés ou lus sur son terminal, tant que la personne n’a pas donné son consentement.OK